Marie Pandragon - Tempest

 

Convention et prix

JAPAN ADDICT - Strasbourg 1er février 2004 – catégorie groupe : 1er

 

Pour la petite histoire...

Cela faisait un moment que Milady, Ariah, Judy, moi et quelques autres, nous voulions faire des cosplays d’illustrations de Hyung-tae Kim un charadesigner coréen. L’originalité de ce groupe a été de ne pas faire un groupe d’une série en particulier, mais d’un auteur. Ainsi nous nous sommes retrouvés avec des personnages de War of Genesis, Magnacarta et Tempest.

 

Choix du costume

La première fois que j’ai vu les illustrations de Tempest, le design étant très éloigné de Magna carta et War of Genesis, je n’ai pas reconnu que c’était du Hyung-tae Kim mais j’ai tout de suite flashé sur le costume de Marie Pandragon pour le côté « pirate » de ses cuissardes à revers. J’aurais bien aimé monter un groupe Tempest mais les autres personnages ayant des costumes beaucoup moins intéressants, je n’ai trouvé personne pour me suivre. J’ai alors profité de ce groupe Hyung-tae Kim pour faire ce costume au lieu d’essayer de le caser en individuel à une convention.

 

Conception

En regardant l’illustration j’ai vite compris que pour ne pas me compliquer la vie, vu que la quasi-totalité du costume est très près du corps, il me faudrait utiliser du velours lycra pour le body les gants et les cuissardes, et du velours normal pour la cape. Le dilemme était de trouver ces deux velours dans la même couleur : mission impossible. J’ai donc tout fait en velours lycra.

Le plus dur à réaliser a été la cape. Pour avoir un joli tombé il m’a fallu l’alourdir en la doublant avec du satin gris foncé. Le problème c’est que le satin ce n’est pas élastique alors que le velours stretch si. Ainsi le poids du velours faisait que le tissu avait tendance à se distendre, j’avais beau avoir coupé le velours lycra et le satin dans les mêmes dimensions, une fois cousus ensemble le rendu était atroce : le lycra en se distendant faisait un gros bourrelet dans le bas de la cape. J’ai du tricher en décousant tout le bas de la cape et coudre la doublure au velours uniquement en haut et sur les côtés.

La forme de la cape est un bête trapèze bien large à la base et étroit au niveau des épaules. J’ai cousu un boa blanc aux pointes de la cape (je ne me suis pas enquiquinée à le fixer sur toute la longueur, ça tenait très bien comme ça) et j’ai fixé aux deux pointes un gros élastique noir pour maintenir la cape : il passe derrière mon dos et par dessus mes épaules. Avec cette technique on peut faire tenir sans problème une cape même très lourde. Le reste du costume a heureusement été plus simple à réaliser.

Pour le body je me suis servi d’un soutien gorge à coques pour la base. J’ai découpé les bretelles du soutien gorge et les coques pour leur donner un arrondi proche de l’illustration puis j’ai cousu par-dessus, à la main, du velours en tendant au maximum le tissu pour ne pas faire de pli. Puis j’ai fait deux petites pattes que j’ai reliées aux côtés de soutien gorge. J’ai ensuite fait le bas du body en deux pièces : une pour le devant une pour le dos. Et j’ai cousu le haut du body au bas du soutien gorge. Pour les rebords, j’ai utilisé des rubans de soie (l’avantage c’est qu’ils brillent moins que le satin et sont beaucoup plus fins) pliés en deux, en guise de biais. J’ai tout cousu à la machine en tirant le lycra au maximum, pendant que je le cousais, pour éviter les mauvaises surprises (gondolement, plis…) : c’est toujours délicat de coudre à la machine, un tissu stretch et un tissu non extensible. Enfin j’ai rajouté une paire de bretelles transparentes pour remplacer les bretelles que j’avais coupées, et une bretelle passée derrière le cou et cousue de chaque coté des petites pattes qui se trouvent au dessus du soutien gorge.

Pour les gants j’ai fait des petits gants auxquels j’ai cousu une grande bande de tissu. De chaque coté des bandes j’ai fait un ourlet et glissé dedans une mince tige de fil de fer, puis j’ai cousu le ruban de soie par-dessus en le pliant en deux, comme du biais. Pour fixer les gants il suffisait de les enrouler autour des bras, avec le fil de fer ça tenait tout seul, sauf en haut où j’ai fixé un bouton pression.

Pour les cuissardes j’ai enfilé deux grands cônes de velours sur une paire d’escarpins (avec un trou pour laisser passer le talon). J’ai fait les cônes beaucoup plus grands que mes jambes pour obtenir des plis comme sur l’illustration, mais ça ne rend pas terrible, ça aurait mieux rendu avec du velours non stretch je pense. Pour les revers j’ai utilisé de la soie doublée avec du tissu thermo collant, et j’ai cousu un petit galon blanc sur le rebord. Enfin pour les trois sangles à chaque jambe j’ai fais des bandes de satin fixées sur l’arrière avec des pressions.

Pour les bijoux, ils sont tous fait en pâte Fimo. Pour la couronne j’ai fait une base en fil de fer que j’ai entourée de Fimo. J’ai fait les ciselures avec un couteau. A mi cuisson je l’ai peinte en doré et faite cuire encore 5 minutes, pour cuire en même temps la Fimo et la peinture et obtenir un meilleur séchage et une meilleur adhérence. J’ai enfin fixé une petite pierre au milieu avec de la superglue gel.

Pour le bracelet même technique : base en fil de fer entourée de Fimo. Pour le collier je n’ai pas eu besoin de base en fil de fer vu l’épaisseur de celui-ci. Il est ouvert sur l’arrière et ferme à l’aide de deux gros rubans dorés. Pour le bijou sur le body j’ai peint en doré une boucle d’oreille clip.

Pour la coiffure j’ai acheté une perruque longue que j’ai coupée, et j’ai cousu la couronne dessus avec du fil de nylon. Enfin la rose a été achetée, je n’ai pas poussé le vice jusqu’à la faire moi-même.

 

Anecdotes

Lorsque nous étions en train de nous changer dans les vestiaires il y a une petite bonne femme qui passe devant moi me regarde et lance «ça c’est de la gonzesse!» et je me suis dis « Bizarre, elle me dit quelque chose cette voix rigolote… ». C’était la doubleuse de Tao dans Les Mystérieuses Citée d’Or. Si j’avais su qu’elle était invitée j’aurais apporté un DVD pour me le faire dédicacer T_T