Green Fairy - Moulin Rouge

Convention et Prix

Paris Manga 4 mars 2007 - catégorie individuel - aucun prix

 

Pour la petite histoire…

Bon je pense avoir fait suffisamment de costumes de Moulin Rouge pour ne plus avoir besoin d’expliquer que J’ADORE ce film ! Et puis en plus je suis une grande fan de Kylie Minogue. N’est-elle pas ubber choupi en petite fée de l’absinthe ?

 

Choix du costume

Le vert c’est super ! (mais le bleu c’est mieux)

 

Conception

Un jour où je faisais des achats au marché Saint Pierre (chez Dreyfus) je suis tombée totalement par hasard sur un tissu en lamé vert avec une texture en relief assez particulière. Le tissu était au rez-de-chaussée là ou ils rangent leurs tissus pour costumes de carnaval : comprendre des tissus de mauvaise qualité qui font mal aux yeux (satins, panne de velours, lamés, lycras à paillettes). Et en effet ce tissu était de très mauvaise qualité (et ne coutait que 3 ou 4 euros le mètre de mémoire) mais parfait pour la petite fée verte que j’avais dans l’idée de faire depuis un moment. Cela m’a décidée à attaquer ce costume. J’ai donc acheté ce lamé vert bizarre et tout fin pour faire le corset.

J’ai à nouveau utilisé mon patron fétiche Simplicity 5006 (pour son utilisation cf mon tuto burlesque)

Pour avoir un joli rendu et ne pas massacrer ce lamé tout fin tout moche je l’ai entoilé. Alors oui, il faut savoir que l’entoilage ça vous sauve un tissu parce que ça le consolide et le rigidifie. J’ai donc coupé toutes mes pièces dans de la toile de coton et dans mon fameux lamé moche puis j’ai assemblé le tout et baleiné avec de la baleine plastique de 5mm. Le corset se ferme dans le milieu du dos à l’aide d’une bande d’agrafes.

Dans le film le costume de la fée verte est certes vert mais a pas mal de reflets dorés. Et c’est vrai que mon corset tout vert, même s’il renvoyait bien la lumière, ne rendait pas terrible. Il fallait ajouter cette petite lueur pailletée dorée. J’ai donc cousu sur tout le corset des centaines de sequins dorés. J’ai ensuite ajouté des franges de perles sur le devant, en alternant des perles tubes dorées et vertes.

Pour le voile qui passe en travers de son costume ainsi que sa petite traine j’ai pris de la mousseline de soie verte à reflet mordorés. Pour la bretelle qui passe par-dessus son épaule j’ai utilisé des toupies en cristal vertes et dorées.

La traîne est faite dans un grand rectangle de tissu plissé et est cousue sur la moitié de sa largeur dans le bas du dos du corset et sur l’autre moitié fixée par des scratchs. Sinon le corset ne peut plus s’ouvrir en entier et impossible de l’enfiler.

J’ai fait une culotte assortie au corset dans le même tissu lamé, entoilé.

Pour les chaussures j’ai acheté une paire de nu-pieds à talons. J’ai coupé le dessus des chaussures au cutter pour leur donner la même forme que les originales (deux brides sur le dessus du pied alors que mes chaussures n’en avaient qu’une). Je les ai ensuite peintes à l’acrylique verte. Avant que la peinture ne sèche je l’ai saupoudré de paillettes vertes et dorées qui se sont retrouvées fixées à la peinture une fois celle-ci sèche.

Pour les ailes j’ai découpé leur forme dans une feuille de celluloïd et pour leur donner cet aspect fripé et gondolé qu’ont les ailes d’insectes je les ai repassées à feu doux. Sous l’action de la chaleur du fer à repasser, le celluloïd se gondole et se rigidifie en se rétractant légèrement.

J’ai ensuite peint les nervures à la peinture acrylique verte que j’ai à nouveau saupoudrée de paillettes vertes et dorées.

Pour relier les deux grandes ailes et les deux petites ailes, j’ai pris une petite plaque d’aluminium dont j’ai rabattu les extrémitées pour faire une sorte de U. Dans les rabats, j’ai percé quatre trous aux quatre coins. J’ai percé un trou à la base de chaque aile et relié les ailes aux plaques à l’aide d’œillets et d’une pince à œillets. Ca marche aussi avec des attaches parisiennes.

Enfin j’ai utilisé quatre bretelles de soutien gorge couleur chaire. J’ai fixé deux bretelles à la plaque d’aluminium avec des œillets, pour pouvoir accrocher mes ailes comme un sac à dos. Les deux autres ont une extrémité fixée à la base de la plaque d’alu dans la partie centrale non repliée (une à gauche une à droite) et l’autre extrémité fixée à l’aide d’un crochet au haut de mon corset, dans le dos. Avec cette méthode les ailes ne gigotent pas dans tous les sens ayant des fixations à la fois horizontales et verticales. Les cheveux viennent cacher la plaque d’aluminium qui se situe entre les ailes.

Si vous utilisez cette technique avec une coiffure courte (qui, donc, ne pourra pas cacher l’artifice) cachez la plaque d’alu en fixant par-dessus des rubans ou des fleurs en tissu à l’aide d’un pistolet à colle ou un tissu mate de la même teinte que votre peau.

Pour compléter le costume j’ai acheté une paire de collant en résille couleur chaire vu que c’est ce que porte Kylie Minogue… et j’ai quand même mis un collant en dessous.

La première fois que j’ai porté ce costume à Pourri… pardon Paris Manga, j’étais blonde donc j’ai juste bouclé mes cheveux.

 

 

Par contre lorsque je l’ai remis en séance photo j’avais retrouvé ma couleur châtain naturelle, j’ai donc mis une perruque.

 

Anecdotes

Je me souviens avec amusement de la réaction de mon copain de l’époque quand il m’a vue dans ce costume « Viens ici salope de fée que je te tire les ailes :D ». C’est vrai qu’il est un brin provoquant ce costume, juste un brin… Et c'est mon *tousse* 69ème costume...

 

Remerciements à Blak © 2011 pour les photos 1 à 9 et à Andy Julia © 2010 pour les photos 10 à 18